Qu’est-ce qui est le plus contagieux ? La générosité ou la cupidité ?

generous

Creative commons : Enokson

Si l’on en croit une étude menée par des chercheurs de l’Université de Harvard, on répond davantage à la cupidité par la cupidité, ou à l’injustice par l’injustice, qu’à la générosité par la générosité.

Concrètement, comme expliqué en détails dans un article du Medical News Today article, les chercheurs ont soumis des individus à une série de 5 expériences mettant en jeu de l’argent, et à d’autres en rapport avec le travail. Dans les deux cas, le résultat était le même : des individus soumis à une injustice avaient plus tendance à répéter cette injustice auprès d’autres personnes, que les individus soumis à des conditions ou des actes généreux n’avaient tendance à répercuter cette générosité.

Toutefois, on notera deux biais assez évidents dans les expériences, telles que décrites dans le journal scientifique. Tout d’abord, après avoir soumis leurs cobayes à un stimulus positif, neutre ou négatif (générosité, égalité ou cupidité), les chercheurs les soumettent à exactement la même situation, ou leur demandent d’effectuer exactement le même type de tâche ; deuxièmement, les individus exposés se voient demander d’agir à leur tour immédiatement après qu’ils ont reçu le stimulus en question.

Autrement dit, l’étude ne donne aucune indication sur l’impact à moyen ou long terme de la générosité, de l’égalité de traitement ou de la cupidité sur les personnes. Elle ne renseigne pas non plus sur l’impact sur l’état d’esprit général des individus soumis à tel ou tel traitement, dans d’autres situations de la vie, qui ne sont pas strictement identiques.

Donc, on peut rester optimiste pour 2013 !

Médias sociaux : la marque locale, globale ou glocale?

Quelle est la bonne échelle pour les marques en termes de relation client à l’heure des médias sociaux ? Est-ce l’échelle globale ? En effet, les médias sociaux permettent aux marques de toucher une audience mondiale à moindre frais, grâce à la force d’impact d’Internet et de la viralité. Mais en même temps, le Web mobile et les applications sur smartphones font que les entreprises peuvent aussi toucher leurs clients là où ils se trouvent, chez eux, dans les transports, sur le lieu de vente… Doit-on alors parler d’un nouveau paradigme, celui de la marque “glocale” ?

Pour répondre à ces questions, Media Aces, l’association des entreprises utilisatrices des médias sociaux, organise une conférence réunissant un panel d’experts et de praticiens :

Médias sociaux : la marque locale, globale ou glocale?

 

Le 25 octobre 2012 de 14h à 17h Chez Ubifrance, 77 Bd Saint-Jacques, 75014 Paris Métro/RER Saint-Jacques ou Denfert-Rochereau Plan d’accès

Au programme de cette conférence:

 

A partir de 13h30  Accueil café

Alban Fournier

Alban Fournier

Dansez avec le dragon ! Médias sociaux en Chine Par Alban Fournier, Consultant Marketing & Stratégie, VALUE2020

Mohamed Khodja

Mohamed Khodja

Sortez de la bulle ! les médias sociaux Made in USA et Brésil Par Mohamed Khodja, Chef de Service Marketing online, Ubifrance

Arnaud Bourge

Arnaud Bourge

De l’hyperLocal au Global Par Arnaud Bourge, responsable Medias Sociaux, direction du Digital et Marina Tymen, manager Relations presse, Community management & E-reputation, Air France

Hervé Pillaud

Hervé Pillaud

De l’hyperLocal au National Par Cynthia Kary et Hervé Pillaud, FDSEA 85

Laurent Gaildraud

Laurent Gaildraud

Orchestrer la rumeur à l’international? Par Laurent Gaildraud, auteur de “Orchestrer la rumeur”
 Cocktail et Networking

Entrée: 30€ sans livre; 50€ avec le livre de Laurent Gaildraud Etudiants: 10€ sans livre; 30€ avec le livre de Laurent Gaildraud

Qui a inventé le spam ?

Nous ne traiterons pas dans cet article de l’invention de la canette de viande précuite de la marque Hormel, qui aurait donné son nom au phénomène que nous connaissons tous sur Internet. Non, c’est au pourriel, ou courrier électronique non sollicité, que nous nous intéressons ici.

C’est Gary Thuerk, salarié de DEC, qui envoie le premier spam, le 3 mai 1978, à près de 600 personnes.

Diffusé sur l’ancêtre d’Internet, ARPANET, le message se présentait ainsi : 

Le premier spam

Le premier spam

 

Gary Thuerk voulait simplement inviter ses contacts à découvrir les nouveautés de son employeur. Il était sans doute loin de se douter qu’il venait de créer le premier fléau d’Internet : d’après une enquête publiée en 2010 par l’agence européenne ENISA, plus de 95% des courriers électroniques envoyés sont désormais du spam !

Pour en savoir plus, lire cette interview de Gary Thuerk, revenant sur son « héritage ».

Retour sur la visite de David McCandless, pape de la datavisualisation, à Paris

David McCandless

David McCandless

Pour tous ceux qui s’intéressent à la pensée visuelle et à la datavisualisation, David McCandless est un véritable guide spirituel. Journaliste, designer et écrivain anglais, ce touche-à-tout précurseur d’une nouvelle science visuelle du langage était présent à Paris dans le cadre de ExpoViz pour nous livrer quelques secrets de son art.

Retour sur cette intervention d’un génie à la fois drôle, innovant et éminemment pertinent.

 

Datavision : la genèse d’un ouvrage de référence pour la dataviz

 

David McCandless a toujours aimé récolter des données. D’ailleurs, c’est la première chose qu’il a fait lors sa conférence : « combien d’entre vous travaillent dans le graphisme ? » A peu près 50 % des personnes présentes lèvent la main. « Combien dans la rédaction ou le journalisme ? » L’autre moitié lève la main.

Parfait ! Le compte est bon et les ingrédients pour une bonne datavisualisation sont réunis car la dataviz est avant tout un mélange de données et d’histoires mêlées de façon harmonieuse dans un visuel.


Ce n’est pas pour rien que le titre original de l’ouvrage de David McCandless est Information is Beautiful (adapté sous le titre Datavision en France aux Éditions Robert Laffont).

L’idée du livre (ou plutôt des travaux qui le composent) a frappé David McCandless en 2007. Perdu au milieu des quantités d’informations qu’il recevait quotidiennement, il s’est dit qu’une carte (map) l’aiderait à s’y retrouver.

Grâce à son site Web www.informationisbeautiful.net , il a donc commencé à récolter des données sur des sujets qui l’intéressaient avec l’objectif (encore flou) d’en faire des visualisations.

Ainsi commence l’histoire. Continue reading

Quand la datavisualisation réinvente la ville : Linked City

Linked City - Christophe Cariou

Linked City (Christophe Cariou) – Cliquez sur l’image pour plus d’illustrations

 

 

 

 

 

Billet mis à jour le 20/07/2013

Linked City est une réalisation du professeur et chercheur Christophe Cariou. Il s’agit de récupérer un ensemble de données disponibles en ligne et de réfléchir à comment les exploiter pour produire de l’information sur les villes.

Une base de données sur 65 villes européennes a ainsi été créée selon trois aspects :

  • Web City (la ville vue selon les requêtes sur le moteur de recherches de Google) ;
  • Visual City (la ville vue selon les requêtes sur le moteur de recherches d’images de Google) ;
  • Media City (la ville vue selon les requêtes liées à Google Actualités).

Ces trois visages des villes se recoupent-ils ?

Les résultats sont très disparates selon les villes.

Par exemple, pour les recherches liées à la ville d’Amsterdam, on va constater que le moteur de recherche de Google sert surtout à trouver des informations pour s’y rendre (meilleurs trajets, meilleurs hôtels) ; la recherche d’images cible, pour cette ville, des « spécialités » touristiques (photos des Coffee Shops, du Quartier Rouge) ; quant aux recherches sur l’actualité, elles sont ciblées sur les problèmes politiques de la ville.

Il est également amusant de constater des « bugs » sémantiques : on imagine bien que la ville de « Nice » pose quelques « gentils » problèmes au moteur de recherche, et on sourit en constatant que le terme le plus associé à « Paris » dans les recherches est « Hilton » !

Retrouvez ci-dessous Christophe Cariou qui présente Linked City lors d’Expoviz :

L’observatoire des discours, une dataviz politique

L'Observatoire des discours

L’Observatoire des discours – Cliquez sur l’image pour voir la dataviz.

 

 

 

 

 

 

Billet mis à jour le 20/07/2013

L’Observatoire des discours est un outil sémantique, fruit de la collaboration entre les entreprises Linkfluence et Jean Véronis Technologies, pour Le Monde.fr. Il s’appuie sur un corpus incluant tous les discours politiques de la présidentielle 2007 , ceux de la présidentielle 2012, et l’ensemble des discours de Nicolas Sarkozy de 2004 à 2012. Il permet d’explorer leur contenu sur une durée choisie et d’y apposer un traitement sémantique (entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, qui a le plus dit « je » de janvier à mai 2012 ? Quel thème a été le plus abordé ? Par qui ? Etc.).

Des filtrages aussi pointus qu’intuitifs sont possibles (par personnes citées, termes employés,  etc.).

Lors de la présentation de cette dataviz  à l’occasion du Data Tuesday spécial Expoviz du 29 juin 2012, Guilhem Fouetillou, cofondateur et dirigeant de Linkfluence, a mis en avant la question de la maniabilité. Celle-ci est très importante car c’est en maniant facilement les données qu’on accède à la multiplicité des points de vue. Ce n’est qu’à ce prix qu’on peut voir apparaître un objet dans toute sa complexité.

Retrouvez ci-dessous Guilhem Fouetillou nous présenter l’Observatoire des discours lors d’Expoviz :

L’indicateur du vivre mieux, une dataviz de l’OCDE

OCDE - L'indicateur du vivre mieux

OCDE – L’indicateur du vivre mieux

 

 

 

 

 

 

Billet mis à jour le 20/07/2013

La première vocation de cette datavisualisation réalisée par l’OCDE est de montrer que le PIB par habitant d’un pays ne représente pas tout.

Tout ne passe pas par l’argent. Le PIB par habitant n’est pas un indicateur suffisant pour rendre compte du bonheur ou du bien vivre de la population.

Des données aux fleurs

Pour concevoir cette datavisualisation, il a fallu sélectionner et récolter plusieurs types de données sur le progrès au sens large : logement, revenu, emploi, liens sociaux, éducation, environnement, etc. Le but était que les internautes puissent choisir les critères qui évoquent le mieux le bien vivre selon eux…et donc définir leur propre indicateur.

Au final, chaque pays est représenté par une fleur et il est possible de manipuler les critères jugés importants pour obtenir des tendances.

Retrouvez ci-dessous Jérôme Cukier de l’OCDE qui nous présente l’Indicateur du vivre mieux, lors d’Expoviz :

I love democracy : la démocratie en chiffres… et en datavisualisation

I love democracyVoir la Viz : http://ilovedemocracy.arte.tv/fr/

« I love democracy » est un projet de visualisation interactive des données réalisé par Dataveyes pour la chaîne de télévision Arte.

Ce projet accompagne une série de documentaires sur la démocratie dans sept pays du monde (Tunisie, Russie, Inde, Grèce, États-Unis, Turquie et Maroc). En phase avec le caractère très immersif de ces documentaires (caméra à l’épaule, parole donnée aux populations sur place, etc.), Arte voulait pouvoir présenter sur le Web des informations plus objectives, chiffrées. Le rôle de Dataveyes a été de transformer ces données chiffrées en « histoires », pour dégager des tendances qui se dégagent de séries de chiffres statistiques.

Quels indicateurs choisir ?

Arte a laissé à Dataveyes une grande liberté de choix pour les indicateurs. Le but était de parler de démocratie avec des indicateurs moins centrés culturellement que d’habitude (la France a une idée très arrêtée de la démocratie…).

A partir des statistiques de l’ONU ou de la Banque Mondiale, il a été possible de choisir des indicateurs originaux et éloquents en termes de liberté et de démocratie. En voici quelques uns :

En termes d’expérience utilisateur, les internautes peuvent s’approprier l’information en sélectionnant un pays sur une carte et en avançant donnée par donnée. En jouant avec les curseurs, l’utilisateur est actif et peut également comparer deux pays.

I love democracy est une dataviz à la fois instructive et ludique qui trouverait toute sa place dans un cours d’histoire contemporaine.

L’état civil à Paris, une dataviz de Mapize et Bluenove présentée par Ferdinand Boas

MapizeVoir la Viz : http://paris.mapize.com/

L’histoire de cette datavisualisation est intimement liée à la mise à disposition par la ville de Paris d’immenses quantités de données, de manière ouverte , à partir de janvier 2011.

Mapize et Bluenove ont voulu être les premiers à produire une datavisualisation à partir de ces données ouvertes et ont réalisé leur projet en à peine 24h. Cela leur a permis de profiter des retombées médias liées à l’ouverture des données de la ville de Paris pour se faire connaître dans le monde de l’Open Data.

L’état civil a été choisi car il offrait à la fois des données géographiques et des métadonnées. La datavisualisation permet de mettre en évidence, sur la carte de Paris, le nombre de mariages, naissances, décès, notamment, une année donnée.

Par exemple, on constate évidemment beaucoup de naissances dans les arrondissements possédant une maternité. Cependant, en filtrant le paramètre « présence de maternités », on peut constater une vraie tendance : l’évolution du nombre de naissance à domicile.

Selon Jean-Philippe Clément, Chef de projet Open data pour la ville de Paris, la datavisualisation est un vrai plus pour donner accès aux données. En effet, les tableurs mis à disposition par la ville sont laids, austères et ne fournissent que de la donnée « brute ». La datavisualisation « transforme cette chenille en joli papillon » et permet au public d’interpréter les données.

Les projets de datavisualisation encouragent donc fortement à sortir le plus possible de données en Open Data afin de les utiliser, de les réutiliser et d’apprendre grâce à elles.

D’ailleurs, des entreprises possèdent également, en interne, des jeux de données très intéressants. Il serait intéressant de les libérer car, dans le fond, elles ne sont pas forcément toutes si sensibles que cela. La collectivité y gagnerait sûrement.

Le Véritomètre : une dataviz d’OWNI présentée par Marie Coussin

VéritomètreVoir la Viz : http://itele.owni.fr/

Le Véritomètre est un projet transverse de datajournalisme (impliquant des journalistes, graphistes, programmeurs, etc.) lancé par OWNI avec i-Télé pour vérifier les citations chiffrées des 6 candidats à la présidentielle.

Le recours à la datavisualisation permet aux internautes de vérifier eux-même les citations (pour cela, plus de 200 graphiques concernant les sujets les plus « brûlants » de la campagne ont été mis au point). Est-ce que ce candidat dit la vérité sur le chômage ? Ce dernier est-il vraiment en train « d’exploser » ? Cette hausse de x % est-elle vérifiable ? Etc.

La réalisation du Véritomètre

La principale difficulté est venue du fait qu’il fallait pouvoir mettre quotidiennement à jour les données et en ajouter au fil des interventions des candidats. Les journalistes ont donc appris a rentrer eux-mêmes les données sur une base de données MySQL afin d’être autonomes.

Afin d’être visibles aussi bien sur le Web que sur i-Télé, les graphes devaient être réalisés en HD et avoir une charte graphique forte, facilement reconnaissable.

Aujourd’hui, le Véritomètre est devenu une vraie base de données autonome, réutilisable et rendant compte d’une réalité politique. Maintenant que les présidentielles sont terminées, il pourrait se prolonger en se concentrant sur les paroles du Président et des ministres.