Tout savoir sur le Web 2.0 à la vitesse de la lumière


La brillante Capucine Cousin m’a fait parvenir son livre, Tout savoir sur le Web 2.0. J’en ai commencé la lecture et je dois dire que j’admire l’efficacité de son écriture. La petite taille de ce livre cache une mine d’informations, un panorama complet du Web 2.0, pour les novices comme pour les utilisateurs chevronnés. Ce livre, paru très récemment, est particulièrement à jour, notamment sur des développements comme OpenSocial, les réseaux sociaux mobiles, Twitter, etc. A lire pendant les vacances en cure de rattrapage ou d’approfondissement !

Nouvelles tendances du Web 2.0 : déconnecté et sur votre bureau

disconnected.jpgA l’heure actuelle, il n’est pas vraiment possible d’être toujours et partout connecté au Web. Les travailleurs nomades en savent quelque chose. Plusieurs cas se présentent bien souvent :

  • pas de connexion wi-fi ou 3G disponible (lieux enclavés, avion, train)
  • réseaux disponibles mais peu performants
  • coûts de connexion prohibitifs
  • En France, on a tendance à l’oublier, car nous sommes plutôt bien lotis en termes de connexion internet sans fil. Mais ce n’est pas le cas dans tous les pays…y compris aux Etats-Unis.

    C’est probablement ce qui conduit des industriels à redécouvrir un terrain de bataille délaissé : le bureau, sur votre ordinateur, même quand vous êtes hors-connexion. Plusieurs produits lancés récemment vont dans le même sens :

  • Google Gears et Dojo offline
  • Google Gears est une extension open-source pour votre navigateur qui permet à des applications Web de tourner hors-ligne.

    Dojo offline est un toolkit open-source qui augmente les possibilités de Google Gears.

  • Adobe AIR
  • C’est une plate-forme qui permet de développer des applications combinant Flash, Ajax et Flex fonctionnant sur le bureau.

  • Zimbra
  • Cet éditeur de solutions de messagerie (racheté par Yahoo! en septembre 2007) a développé un client en AJAX intégré au navigateur mais capable de fonctionner même sans connexion Internet.

    Brad Neuberg, fondateur de Dojo offline, décrit dans un billet de blog des applications possibles :

    “Imaginez une version de Gmail avec un bouton ‘travail hors connexion’ sur le côté gauche de l’écran. Vous le pressez et GMail exporte vos 100 e-mails reçus les plus récents, avec les pièces jointes, dans Dojo Offline. Vous pouvez dès lors fermer votre navigateur et travailler en mode déconnecté, dans l’avion par exemple. Une fois en vol, ouvrez votre ordinateur portable et tapez mail.google.com dans la barre d’adresses de votre navigateur. Comme par magie, l’interface utilisateur Gmail apparaît sur votre écran, avec vos 100 messages les plus récents. Vous pouvez les lire, y répondre ou écrire de nouveaux messages. Une fois arrivé à destination, dans l’aéroport, vous vous connectez à l’Internet, sur GMail, et cliquez sur ‘travailler en ligne’. Automatiquement, tous les e-mails que vous avez préparés dans l’avions sont téléchargés vers le serveur Gmail et expédiés.”

    Cet exemple est facilement transposable à Google Docs.

    Plus généralement, les applications Web tendent à s’affranchir du navigateur. Continue reading

    Carte de Tendre 2.0

    online_communitiesmall.pngLa carte de Tendre, vous vous souvenez ? Cliquez ici pour vous rafraîchir la mémoire. Eh bien, le site d’illustrations XKCD en a réalisé une version 2.0. Ici, les territoires désignent des sites ou communautés virtuelles. Leur auteur, sans prétention d’exactitude mathématique, a essayé de les représenter proportionnellement à leur nombre de membres.

    La carte en grand format

    Via AuBonheurDuWeb.com

    Le Web comme plate-forme : c’est-à-dire ?

    Web 2.0 meme mapPour préparer ma prochaine intervention au Mastère MSTM de l’Ecole Centrale, j’ai décidé de me pencher sur le texte fondateur de Tim O’Reilly “What Is Web 2.0″, brillamment traduit en français sur le site d’Eutech Developpement.

    Aujourd’hui, je vais m’intéresser à l’une des dimensions du Web 2.0 décrites par O’Reilly : le Web comme plate-forme. Qu’est-ce que cela veut dire, au juste ?

    Au sens informatique du terme, je retiendrais deux définitions d’une plate-forme :

    • “Combinaison d’un type d’ordinateur (matériel, hardware) et d’un système d’exploitation (logiciel, software)” permettant à des applications de fonctionner (Wordnet)
    • “infrastructure permettant le fonctionnement de logiciels” (Whatis)

    C’est ainsi qu’on parlera par exemple d’un “logiciel tournant sur plate-forme Windows.” En ce sens, le Web 2.0 peut être vu comme une plate-forme, « sur laquelle on exécute » des applications.

    Ces applications peuvent être de différents types :

    • Messageries : Gmail, Yahoo ! Mail
    • Cartographie : Google Maps
    • Bureautique : Google (encore) Apps, suite Zoho
    • Applications pour les entreprises : Zoho CRM
    • etc.

    Un autre exemple intéressant est celui des systèmes d’exploitation virtuels, ou WebOS. L’idée est de rendre disponible un espace de travail tel que celui que l’on retrouve sur son ordinateur personnel (bureau) sur le Web. On peut citer par exemple Exoplatform ou, plus récemment, mybooo.

    La nouveauté, c’est que le Web devient le lieu où l’on peut utiliser de véritables “logiciels”, sans rien installer sur son ordinateur. Ce n’est plus seulement un espace d’information ou de communication.

    Et vous, comment interprétez-vous l’expression “le Web comme plate-forme” ?