Le Big Data au secours des médecins débordés

big data et santé

Illustration : http://blog.cakehealth.com

La récolte des données au sujet des patients a toujours existé, même avant l’ère du numérique. Chaque patient est sensé pouvoir accéder à son dossier médical, et tout ou partie de ses données de santé est d’ores et déjà enregistré dans des registres (auprès des hôpitaux, des médecins, des pharmacies, de la Sécurité Sociale, etc.). Ces données sont évidemment éloquentes en matière de suivi médical et peuvent donner de précieuses indications en cas d’intervention (quel est l’âge du patient ? A t-il déjà été opéré ? Est-il allergique ? Suit-il un traitement ? A-t-il une maladie chronique ? Etc.).

L’accès à l’historique d’un patient est pertinent pour lui prodiguer les meilleurs soins. Mais, au-delà de ces informations classiques, les structures de soin ont désormais accès à de nouvelles données issues principalement de la télé-médecine (vidéos de consultations en ligne, données de géolocalisation, signaux des capteurs liés aux maladies chroniques, etc.). La problématique du Big Data se pose donc bien au monde de la santé : que faire de toutes ces données et que peut-on leur faire dire ?

Aujourd’hui, les personnels de santé n’ont plus toujours les moyens de traiter les patients avec l’attention qui serait de mise. En raison de l’affluence dans les hôpitaux, les patients sont parfois auscultés bien trop vite par des médecins débordés. Il peut en résulter des erreurs de diagnostic menant à des complications, ou des omissions par les médecins de symptômes avant-coureurs d’une maladie. Dans ces deux cas, les patients sont amenés à revenir à l’hôpital et, parfois, dans des états plus sévères. La conséquence logique est la suivante : les salles d’attente ne se vident pas, les médecins et les personnels de santé sont de plus en plus débordés et le risque de commettre des négligences s’accroît. Un cercle vicieux se met ainsi en place.

Que vient faire le Big Data dans tout cela ? Selon le docteur Nicholas Morrissey, chirurgien au New York Presbyterian Hospital, il peut aider à limiter ce cercle vicieux grâce à la numérisation des données des patients et à leur analyse. Concrètement, Le Dr Morrissey travaille avec Microsoft afin que les ordinateurs soient capables de repérer et signaler instantanément des facteurs de risques chez les patients en « épluchant » l’ensemble de leurs données (tabagisme, antécédents, durée déjà passée à l’hôpital, etc.). En laissant le logiciel faire cette évaluation, les personnels de santé gagnent un temps précieux. Les diagnostics promettent aussi d’être plus fiables car des médecins pressés sont à même de manquer certains de facteurs.

Est-ce efficace ? Le docteur Morrissey l’affirme : depuis 2010, année à partir de laquelle cette technologie a été mise en œuvre dans son hôpital, le taux de formation de caillots sanguins potentiellement mortels a été réduit d’environ un tiers. Cependant, il souligne également qu’une étude plus approfondie de l’impact du logiciel est nécessaire pour le relier à cette baisse.

Print Friendly

Leave a Reply