Les solutions de « Big Data » au service de notre santé

Le Big Data au service de notre santé

Le Big Data au service de notre santé
Source : Nuance for healthcare, nuance.com

Aujourd’hui, l’usage d’Internet et des nouveaux moyens de communication génère une quantité de données impressionnante. Grâce, notamment, au développement du Cloud Computing, les particuliers et les entreprises créent et stockent continuellement de plus en plus de ressources de tailles et de natures variées. Face à cette réalité, on regroupe désormais sous le nom de Big Data (“déluge de données” en français) aussi bien ces quantités de données que les problématiques et les solutions concernant leur gestion et leur utilisation. Même si les progrès en matière de stockage permettent aujourd’hui de conserver l’exhaustivité de ces données, la question de leur intérêt et de l’utilisation qui pourrait en être faite se pose de plus en plus.

D’après IDC, l’information totale produite chaque année par les entreprises devrait connaitre une croissance annuelle de 67% de 2007 à 2011, passant de 75 exaoctets à 580 exaoctets (1 exaoctets = 1 milliard de gigaoctets) »

Ce que IDC appelle l’univers numérique, c’est-à-dire la quantité d’informations numériques créée ou répliquée annuellement, va être multipliée par 44 en 2020 par rapport à son niveau de 2009, pour atteindre 35 zettaoctets (1 zettaoctet = 1000 milliards de gigaoctets)

Source : Qualité des données, quelle(s) vérités dans les entreprises (EBG, 2011)

Et si nous réussissions à faire parler cette multitude de données ? Si nous parvenions à en tirer des connaissances exploitables ? C’est le défi que se lancent un grand nombre de sociétés informatiques (Microsoft, Dell, IBM ou Oracle pour ne citer qu’elles), par l’intermédiaire de leurs spécialistes (les experts de l’analyse des données) et le développement de solutions logicielles innovantes.

Si les problématiques entourant le Big Data concernent tous les secteurs (l’administration, l’industrie, le commerce, la banque, etc.), il en est un où elles laissent envisager des progrès pour l’intérêt général : le domaine des soins de santé. Dans une ère où l’accès aux soins pour tous est plus que jamais un défi et où le système d’allocations sociales souffre des méandres de la crise économique mondiale, nous guettons avec un grand intérêt les perspectives que peut offrir le nouveau paradigme du Big Data en matière de santé publique. L’intérêt économique est palpable : dans ce domaine, aux Etats-Unis, “le big data devrait générer une valeur ajoutée à long terme de plus de 300 milliards de dollars, dont potentiellement plus de 200 milliards de dollars d’économies sur les dépenses nationales de de santé”, d’après le cabinet McKinsey. Mais les apports en termes de qualité des services médicaux sont au moins aussi intéressants, pour tout un chacun. Plus fondamentalement, le Big Data nous interroge : en quoi l’interprétation de données peut-elle faire avancer la science ?

Nous avons choisi de nous intéresser à ce point particulier pour cette série de billets : comment le Big Data va faire progresser la santé publique et faire avancer la science ? A travers une série de mesures et d’applications concrètes du Big Data, nous allons tenter d’imaginer ce qu’apportent (ou apporteront) ces technologies à notre santé. Vos contributions seront d’ailleurs les bienvenues. Y aura-t-il des conséquences sur l’éthique médicale, sur le secret de nos informations de santé, sur la pratique même des médecins ? En somme, est-ce que Big Data signifie simplement économie et productivité, ou est-ce qu’un meilleur système de soins est à portée de nos données ?

Pour de plus amples détails sur les perspectives économiques offertes par les technologies du Big Data, nous vous invitons à consulter l’analyse du cabinet Mc Kinsey, disponible gratuitement et document de référence le plus complet à ce jour sur le sujet :

Print Friendly

Laisser un commentaire