Innovation ouverte et co-design : les grands groupes s’y mettent

Yann Glever

Yann Glever

J’ai eu récemment le plaisir d’interviewer Yann Glever, fondateur d’une toute jeune société d’accompagnement en innovation, eeVee.

Yann a une longue expérience à la fois en startups et en grands groupes (Orange, Deloitte). Son point de vue est donc très intéressant sur la manière dont les grands groupes peuvent s’inspirer de l’ “esprit startup” pour innover.

 

Jérôme Delacroix : Yann, qu’est-ce qui est selon toi essentiel pour une entreprise qui souhaite innover ?

Yann Glever : On a tendance à regarder l’innovation sous le prisme de la technologie. Il est vrai qu’en la matière, les bouleversements sont considérables : intelligence artificielle, cloud computing, big data, Internet des objets, génomique, traitement des déchets, impression 3D… Les entreprises doivent comprendre ces phénomènes pour les transformer en opportunités. Mais l’innovation est tout autant à rechercher dans les processus et dans l’organisation. Mon expérience chez Orange m’a conforté dans cette conviction : plus les organisations sont complexes, plus une approche collaborative de l’innovation permet d’impulser les changements culturels propices à l’innovation.

JD : Justement, penses-tu que les grands groupes ont fait le pas de l’innovation ouverte et du co-design ?

Yann Glever : Ce qui est sûr, c’est qu’ils en ont l’intention ! De plus en plus, ils se rendent compte que les silos sont de vrais freins à l’information, et que celle-ci a besoin de transversalité. Cette prise de conscience accompagne un changement dans la nature de l’innovation, lié au développement de l’économie du partage : c’est de plus en plus sur les services que les entreprises innovent, plutôt que sur les produits eux-mêmes.  Cela impose de penser différemment, de revoir toute une série de choses, de l’expérience utilisateur au positionnement de la marque en passant par la distribution. En amont, il s’agit de concevoir de nouveaux modèles économiques. Tout l’enjeu est de passer de l’intention à l’exécution. C’est un changement de culture qui s’impose, et cela prend du temps.

eevee

JD : Quelle est ta démarche pour favoriser ce changement culturel dans les entreprises ?

Yann Glever : Avec eeVee, je souhaite aider les entreprises à entrer dans l’ère de l’innovation ouverte et du collaboratif en associant trois dimensions. La première est le savoir. Grâce aux enseignements que j’ai tirés de mes expériences précédentes, notamment chez Deloitte, j’aide les grands groupes à monter des départements Innovation, à identifier les freins au changement et les leviers pour les dépasser. Le deuxième volet est le volet “savoir-faire“, et plus encore “faire faire”. Il s’agit de faire émerger la solution par le collectif lors des ateliers de co-design, dans lequel nous intervenons surtout pour aider les clients à se poser les bonnes questions et à libérer la créativité. Le troisième pilier, peut-être le plus important, est le “savoir être“. Les ateliers collaboratifs ne peuvent en effet fonctionner que si chacun, à commencer par l’animateur, fait preuve d’empathie et de bienveillance.

Pour en savoir plus sur eeVee, ses méthodes… et l’origine de son nom, rendez-vous sur www.eevee.fr.

 

Print Friendly

Laisser un commentaire